Le mois d’août, un mois de célébration de la Terre-Mère

Pour les peuples des Andes (et pour de nombreux autres peuples originels), le mois d’août est un mois de célébration de la Terre-Mère : un mois pour l’honorer et lui exprimer notre gratitude.

Ces peuples ont toujours été en connexion intime avec la Pachamama (Terre-Mère en aymara), avec ses gardiens, avec le monde invisible qui nous entoure. Ils ont conscience que la Terre est un esprit vivant, un être avec lequel nous pouvons parler, communiquer.

Elle est notre mère à tous : c’est elle qui nous « prête » notre corps, ce corps qui nous permet de voir la beauté du monde, de sentir l’odeur d’une rose, d’entendre un chant d’oiseau, de recevoir une caresse.

C’est elle encore qui nous permet de vivre cette expérience terrestre, qui nous fournit nos aliments, notre foyer, qui nous réchauffe. La Terre-Mère nous donne tout ce dont nous avons besoin. Nous sommes ses enfants ; elle nous aime de son amour inconditionnel.

Pour ma part, le chemin que j’ai parcouru avec l’Amawtisme (sagesse ancestrale issue de Tiwanaku et du lac Titicaca dans les Andes) m’a permis d’établir cette connexion avec elle, de ressentir son amour, son soutien. Lorsque nous établissons avec elle ce contact intime, elle nous accueille, nous protège, et nous accompagne sur notre chemin.

Durant ce mois d’août, qui se situe au cœur de l’hiver dans l’hémisphère sud, la terre n’est pas travaillée. Elle est au repos, il n’y a pas de semences ni de récoltes.

C’est un mois de réciprocité, un mois pour prendre soin d’elle, pour l’honorer, la remercier, la célébrer. Lui rendre ce que nous avons reçu d’elle tout au long de l’année.

Plus proche de nous, le 15 août marque aussi la fête de la Vierge dans le monde chrétien, qui représente la Terre-Mère pour de nombreux peuples.

Ce mois d’août est donc une invitation, pour tous les fils et filles de la Terre, où que nous soyons, à lui exprimer notre amour et notre reconnaissance, depuis notre cœur.

Dès le 1er août, puis tout au long de ce mois d’août, nous pouvons aller à sa rencontre.  Nous pouvons chercher un endroit tranquille, que ce soit dans notre jardin, dans une forêt, au bord d’une rivière, d’un lac, dans la montagne, et entrer en communion avec elle, méditer, lui parler, lui exprimer notre joie, notre gratitude, chanter pour elle.

Nous pouvons, comme les peuples andins, réaliser une offrande, afin de lui rendre de façon symbolique ce qu’elle nous a donné, et de lui exprimer ainsi notre amour et notre gratitude.

Nous pouvons réaliser cette offrande de la manière dont nous le sentons, depuis notre cœur, le plus important étant de la réaliser à partir de l’amour que nous ressentons pour elle.

Dans les Andes, l’offrande spécifique qui se réalise à cette occasion, s’appelle la « Wajta » (mot aymara signifiant « Ce que nous pouvons donner »).

Nous pouvons par exemple fabriquer un petit pot en argile, que nous allons remplir avec ce que nous souhaitons offrir à la Pachamama : graines, fleurs, fruits, miel, sucre, encens, quartz… Nous pouvons réaliser cette offrande avant de manger nous-mêmes : nous préparons alors un délicieux repas, et en disposons une part dans ce pot pour la Terre-Mère. Ensuite, nous pouvons couvrir ce récipient, le charger de notre intention d’amour et de gratitude, ouvrir la bouche de la Terre-Mère en creusant un trou dans le sol, et lui remettre notre offrande.

Nous pouvons ensuite, si nous le souhaitons, « challar », c’est-à-dire lui offrir un peu d’eau ou d’alcool (vin, bière, alcool de sucre de canne par exemple) en signe de reconnaissance, puis chanter ou danser avec elle.

Cette offrande peut se réaliser en famille, en communauté, ou bien seul.

Egalement, tout au long de ce mois d’août, les sages des Andes nous invitent à nous poser, à prendre un temps de réflexion pour penser à tout ce que nous avons reçu de la terre lors de cette année, et à nous poser les questions suivantes :

Que représente pour nous la Terre-Mère ?

Comment prenons-nous soin d’elle ?

Comment prenons-nous soin de nous-même (qui sommes des extensions de la Terre-Mère) ?

Comment entrons-nous en relation avec elle ?

Quel est notre engagement envers elle, au niveau individuel ?

Ce mois peut être un mois lors duquel nous renouvelons notre engagement envers elle.

Que voulons-nous vivre cette année, en relation avec la Terre-Mère ? De quelle manière pouvons-nous la traiter avec amour ?

De quelle manière pouvons-nous nous mettre à son service ?

Et toi, as-tu déjà célébré la Terre-Mère ? Aurais-tu envie de le faire ce mois-ci ? De quelle manière ? Je serais ravie de te lire dans les commentaires !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.